mercredi 8 avril 2015

Une histoire de stérilet - par Justine L.

Nous sommes en 2015 et je suis remontée comme une horloge.

Tout a commencé un dimanche soir avec le texto d’une amie « le stérilet ça rend pas stérile ? ».

Reprenons depuis le début. Non ça ne rend pas stérile si le gynéco fait correctement son travail. Non ça ne rend pas stérile si tu ne le plantes pas dans un terrain infecté. Non ça ne rend pas stérile et il en existe même de tout petits pour ne pas traumatiser ton innocent utérus de nullipare. Il existe des sites internet pour t’aider à choisir ta contraception…
Si cette amie, diplômée après 5 ans d’études supérieures et ayant un accès libre à internet me demande mon avis sur la question (pas que je sois contre le donner bien entendu) alors qu’en est-il des filles à qui on ne parle pas de leurs corps ni de leurs droits ? Qui ne savent pas à qui s’adresser ni comment ?

J’ai douze ans. Ma maman, qui s’en fout un peu du féminisme, m’emmène chez un gentil monsieur aux lunettes rondes et au crâne chauve. Elle me laisse avec lui. Et là… Ce Monsieur, gynécologue de profession, pendant une heure va m’expliquer tout de mon corps. Il m’a même laissé une BD sur les différents moyens de contraception et qui aborde aussi la question de l’avortement. Merci cher monsieur dont j’ai oublié le nom de m’avoir donné ce que j’ai de plus précieux dans ma vie : l’information. Impossible de remettre la main sur cette précieuse BD qui, à mon sens, devrait être disponible dans toutes les salles d’attentes de France.

Si ma mère avait fait du sexe un tabou, aurais-je osé aller me renseigner sans craindre un quelconque châtiment ? Ma mère a fait de moi une féministe malgré elle, en m’apprenant dès mon plus jeune âge que mon corps m’appartenait et que j’étais libre. Libre de lui poser des questions (à ma mère, pas à mon corps !) de m’informer, de réfléchir, de choisir.

Je suis remontée comme une horloge.

Tout le monde n’a pas eu ma chance et devant la montagne de préjugés à démolir, parfois je perds courage. La contraception, le rose bonbon, les qualités féminines, les réflexions déplacées au travail…

Tiens, parlons-en du travail ! Entendu dans la vraie vie a propos de la patronne de Yahoo : « mais elle est pas jolie en plus ! ». Je veux bien être moche comme elle si c’est le prix à payer pour accomplir ce qu’elle a fait. En attendant, pas assez de crèches collectives dans les entreprises ni de réunion à des horaires décents pour éviter aux femmes (à qui on laisse encore trop souvent de fait la responsabilité des enfants) d’avoir à faire un choix sous la contrainte.

Les préjugés partout qu’il faut dévisser un par un. Recommencer encore et toujours. Je me décourage souvent en me disant que cela ne sert à rien. Parfois, j’ai envie de tout lâcher, de me dire que rien ne va changer.


Mon téléphone vibre. T*** me répond (quant à son stérilet, si vous avez bien suivi ce que je raconte) : « je vais en parler à mon gynéco » (qui d’ailleurs le lui a posé sans sourciller). Alors je me dis que tout n’est pas perdu, qu’à mon échelle j’ai fait avancer le droit des femmes à disposer de leur corps avec trois textos. Des lettres envoyées avec une telle facilité. Elles ont pourtant un poids immense sous mes doigts : j’ai donné à une femme le droit d’avoir le choix.

Justine L. 

2 commentaires:

  1. J'ai personnellement choisi d'avoir un DIU. Ma gynéco m'en a prescrit un spécialement pour mon "petit utérus de nullipare". Malheureusement elle ne me l'a pas posé car il fallait dans le même temps retirer mon implant contraceptif. Elle m'a donc renvoyé vers une de ses consoeurs qui "ne retire l'implant qu'en clinique" mais "n'y va plus depuis longtemps". Et m'a donc laissé entre les mains d'une gynéco de la clinique que j'ai choisi parmi une liste longue comme mon bras.
    Cette gynéco m'a posé mon DIU assez mécontente, car ce n'était pas elle qui me l'avait prescrit.
    J'ai ressentir une douleur lors de la pose qui me dissuade d'avoir des enfants un jour. Si c'est pour avoir aussi mal, je préfère passer mon tour.
    Et je ne parle pas du retrait de mon implant, qui va me laisser une cicatrice que je n'imaginais pas.

    Voici mon expérience, mon parcours du combattant qui a duré des mois, j'ai rencontré une demi douzaine de praticiens avant d'en trouver un qui veuille bien me poser mon DIU. Tout cela me laissera un souvenir cuisant.

    Mais merci à vous de partager et d'écrire sur ce blog, de nous faire savoir que nous avons des choix. Et de nous prouver qu'il existe quand même des praticiens qui savent soigner sans brusquer leurs patients.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis sidérée à la lecture de ton commentaire Oo' Quand je vois que ma gynéco a réglé laffaire en 5 minutes sans pince horrible ni rien de ce genre... Désormais je te conseille le planning familial Cest une valeur sûre :)
    Au moins tu es tranquille pour un certain temps. Avant je croyais que les médecins (à l'écoute respectueux...) étaient la règle, je suis triste de voir quils sont l'exception...

    Bon courage à toi !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Tous les commentaires constructifs seront publiés. Les commentaires franchement hostiles ou désagréables ne le seront pas.