samedi 24 février 2018

A qui faut-il conseiller d'aller voir un médecin une fois par an ?


Avant de répondre à cette question, j'aimerais revenir sur le "post" récent qui me l'a soufflée - ou plutôt qui m'a soufflé les réflexions qui suivent (et qui, bien entendu, n'épuisent pas le sujet, elles sont juste là pour stimuler les vôtres).   

Le post en question se trouve ici : http://www.topito.com/top-medecins-frequences

Je ne vais pas débattre de son contenu. Je vais seulement, pour indiquer qu'il n'est pas correct sur le plan scientifique, donner un exemple : 

"Chez le gynéco : une fois par an
Ah pour le coup on déconne pas avec les gynéco. Une fois par an, c’est en effet le minimum pour toutes les filles (qu’elles aient eu des rapports sexuels ou non). On fait alors un frottis, une palpation des seins bref on voit si tout roule. A partir de 45 ans, on s’attaque à la mammographie qu’il faut faire tous les deux ans pour dépister le cancer du sein. Et enfin si on a des antécédents de cancer du sein ou de l’utérus, il faut prévoir un suivi un peu plus régulier à partir de 30 ans."
Ce paragraphe cumule toutes les idées reçues et contre-vérités au sujet de la santé des femmes. 
Commençons par le paternalisme ("le minimum pour toutes les filles") qui consiste à assimiler tous les âges sous un même vocable et à ne tenir aucun compte d'éléments importants de leur vie ("qu’elles aient eu des rapports sexuels ou non" ), ni bien sûr de ce qu'elles en pensent, elles... Et cela, après avoir bien indiqué qu'il serait "con" ("on déconne pas avec les gynéco") de contester cette injonction. Quatre affirmations insultantes et sexistes (au moins) dans la même phrase. 
"On fait alors un frottis, une palpation des seins bref on voit si tout roule.(Ces derniers mots sont dans l'esprit de l'auteur l'équivalent de "toucher vaginal", j'imagine ?) 

Ben non, on ne fait pas. Il y a désormais de nombreux arguments scientifiques et éthiques pour dire que l'examen gynécologique systématique n'est pas "nécessaire" pour une femme qui ne demande et ne se plaint de rien.
Il en va de même pour l'examen des seins - qui en l'absence de symptômes évoqués par la femme elle-même, n'a aucun intérêt pour dépister un cancer - ni quoi que ce soit, d'ailleurs, jusqu'à l'âge de 40 ans, et même après.
Quant au frottis, il n'est pas recommandé (ni nécessaire) avant l'âge de 25 ans et ne doit être fait que tous les 3 ans.  

Le reste du "conseil" ("A partir de 45 ans, on s’attaque à la mammographie qu’il faut faire tous les deux ans pour dépister le cancer du sein. Et enfin si on a des antécédents de cancer du sein ou de l’utérus, il faut prévoir un suivi un peu plus régulier à partir de 30 ans) est tout aussi faux. Les sociétés savantes sérieuses se fendent même de recommandations adaptées à la classe d'âge, parce que contrairement à l'auteur de ces "conseils", elles ne mettent pas toutes les femmes dans le même panier. 
Ca, c'est pour la "scientificité" du propos. Et j'encourage tou.te.s les liseron.ne.s à protester vigoureusement auprès du site Topito et de son auteur et à les inviter non moins vigoureusement à retirer ce texte et à le remplacer par un texte sérieux et validé. 
***
Mise à jour du 3 mai 2018 : une campagne sur Instagram lance le mot d'ordre ""
Le ton est comminatoire, l'argumentation proche de zéro. Non seulement elle lance un slogan sans contenu, mais aussi sans argument, sans nuance et donc sans possibilité pour les lectrices d'y voir autre chose qu'une injonction. Or, on ne soigne pas avec des injonctions.
On aimerait savoir qui est à l'origine de cette campagne (ce n'est pas clair) et surtout, quelle documentation ses organisatrices sont allées consulter pour la lancer. Si elles en veulent un peu, il y en a dans la suite de ce texte. 

****

Mais mon propos de fond n'est pas là. La question que je pose est celle-ci : sur quoi le "conseil" d'aller voir un médecin une fois par an repose-t-il ? 
Il ne repose pas sur des recommandations scientifiques : même le sacro-saint "check-up annuel" suggéré aux hommes de plus de 50 ans n'a pas de validité avérée. Un "check up", ça ne dépiste rien quand l'individu "checké" n'a pas de symptôme, ça rassure faussement, ça coûte cher et ça fait perdre du temps à tout le monde. Aux patients qui le subissent, aux médecins qui les reçoivent, et aux malades qui auraient pu bénéficier des ressources et du temps ainsi perdus en vain. Au lieu du "check-up annuel systématique", il apparaît que les visites ou consultations programmées en fonction des risques spécifiques de chaque personne, de son âge et de ses antécédents permettent d'améliorer la santé des individus. 
En France, les visites "obligatoires" reposent essentiellement sur des considérations administratives à visée sociale : les visites de suivi de grossesse ou de suivi pédiatrique sont en principe obligatoires pour que les parents qui y ont droit touchent des prestations familiales. Elles ont pour but d'éviter que des femmes ou des enfants ne reçoivent pas les soins dont ils ont besoin faute d'argent. Ce sont des mesures visant à la protection des plus démuni.e.s, et c'est approprié : le premier facteur de santé d'un individu, c'est son statut socio-économique. Les riches sont en bonne santé parce qu'ils sont riches et bien soignés. Les pauvres sont en mauvaise santé parce qu'ils sont pauvres et, pour cela, mal soignés : ils n'ont pas accès aux prestataires de soins, à l'éducation générale et à l'information sanitaire, aux aliments, aux conditions de salubrité, aux logements qui favorisent la "bonne santé", etc.  
Un discours de prévention juste serait donc : "Si vous connaissez quelqu'un qui est en mauvaise santé ET pauvre, aidez-le/la à surmonter les obstacles qui l'empêchent d'avoir accès à des soins appropriés." 
Au lieu de quoi, le discours sanitaire de l'article (et de beaucoup de messages du même type) se résume à "Allez voir le médecin ou le dentiste une fois par an". Comme si c'était simple pour tout le monde. 
Pire. Cette injonction laisse entendre que ne pas aller consulter un médecin périodiquement est, au minimum, une erreur ; au maximum, un comportement inconscient ou insensé. 
***
Ce type de discours (consulter régulièrement pour voir si "tout roule") est similaire à celui qu'on tient aux conducteurs de véhicule : allez donc vérifier votre pression d'huile, les pneus, les freins et la courroie de l'alternateur de temps à autre. Tout ça s'use, et faut l'entretenir. 
Le seul problème, c'est que le corps d'un•e humain•e n'est pas une bagnole ou un tracteur. 
Dès qu'il s'agit de santé des femmes, elles devraient - si l'on en croit les idées qui circulent largement parmi la population et un trop grand nombre médecins : 
- aller chez le gynéco dès l'apparition de leurs règles ; (Pourquoi faire ? Pour qu'il disent si elles sont "normales" ? C'est quoi des règles "normales" ?)
- se faire examiner une fois par an "pour s'assurer que tout va bien" ; (Qu'est-ce qui pourrait "aller mal", exactement ?) 

- subir un examen gynécologique et des seins pour se faire prescrire une pilule ET pour la renouveler ; (Cela aussi, c'est médicalement inutile ! ) 
- aller consulter dès qu'elles veulent arrêter le contraception et/ou veulent commencer une grossesse (Là, on rigole ; depuis quand est-ce qu'il faudrait l'autorisation d'un médecin pour ça ?) 

Et ces injonctions s'adressant aux femmes n'ont (comme par hasard) aucun équivalent pour les hommes de moins de 50 ans. 

Je n'ai jamais entendu conseiller aux garçons d'aller se faire examiner les testicules et mesurer le pénis à partir de la puberté puis une fois par an pour "vérifier que tout va bien". (Et pourtant le cancer du testicule est plus fréquent chez l'adolescent que chez l'adulte...) Je n'ai jamais vu nulle part qu'il était de bonne pratique d'interroger les garçons sur leur santé sexuelle. Je n'ai pas vu non plus qu'on devait les inciter à aller se faire dépister régulièrement pour vérifier qu'ils n'ont pas d'Infections sexuellement transmissibles. Or, ils y sont tout autant exposés que les femmes. Mais curieusement ça n'intéresse personne... Ou bien on pense (à juste titre) que s'ils ont quelque chose, ils iront consulter. Qu'ils sont assez intelligents pour ça. 

Certes, après 50 ans, certains proposent de mettre systématiquement aux hommes un doigt dans le rectum, ce qui ne tient pas debout non plus. Le dépistage systématique du cancer de la prostate n'est plus recommandé. Il doit reposer sur une réflexion et un choix personnel de chaque homme concerné.

Mais on en revient à ceci : aller chez le médecin tous les ans, c'est surtout recommandé aux femmes. Demandons-nous pourquoi... 
Parce qu'elles sont plus "fragiles" ? Il semble que non : les femmes survivent plus que les garçons à la naissance et elles vivent plus longtemps que les hommes. 
Parce qu'elles ont "plus de problèmes de santé" ? Pas vraiment. Les différentes étapes et phénomènes physiologiques qui émaillent la vie d'une femme sont plus nombreuses que celles des hommes, mais ce ne sont pas à proprement parler des "problèmes de santé". Ce n'en est que lorsqu'elles en souffrent, et c'est à elles de dire si elles en souffrent ou non, pas aux médecins. 
Parce qu'elles seraient plus susceptibles de ne pas se soigner que les hommes ?
Ben non, car les chiffres montrent que c'est l'inverse qui est vrai : les femmes consultent plus souvent que les hommes. Et elles consomment plus de soins de santé que les hommes.

Et cependant, alors même qu'elles font plus appel aux médecins, elles sont moins crues et écoutées par les médecins que les hommes !!!!  
Alors ? 
Eh bien, entend on souvent répondre Elles pourraient être malades sans le savoir... 
Plus que les hommes ? Vraiment ? Et elles seraient moins que les hommes capables de s'en rendre compte ? Mais alors, quand elles consultent, pourquoi ne les croit-on pas ? Parce qu'elles ont tendance à "trop en faire" ? 

On est en plein délire : les femmes seraient incapables de consulter ET quand elles consultent, elles seraient incapables de parler de leurs problèmes de santé à bon escient. 
On est en droit de s'interroger sur ce "traitement préférentiel" des femmes. Traitement qui laisse entendre deux choses :
- que la santé des femmes justifie une surveillance constante (donc qu'elle est plus précieuse que celle des hommes... mais pour qui, exactement ?)
- que les femmes doivent être incitées vivement à consulter, sinon elles ne le feraient pas d'elles-mêmes. (Alors que les hommes, si. C'est pour ça qu'on leur dit pas de le faire...) 
Dans un cas comme dans l'autre (et quel que soit le bout par lequel on les prend), toutes ces manières de voir les choses sont sexistes. 
***
L'injonction à consulter, en plus d'être sexiste, soulève une autre question, qui n'est pas moins importante : Est-il souhaitable - ou, tout simplement, utile pour le maintien de son état de santé - que quiconque consulte "régulièrement" un médecin ?  
Il n'y a pas de réponse à cette question puisque aucun travail de recherche à proprement parler n'a comparé si le fait de consulter ou non avait des effets mesurables à long terme sur des groupes de population similaires. En théorie, il faudrait constituer deux groupes de personnes, l'une qui serait obligée de consulter un médecin tous les ans, l'autre à qui on interdirait de le faire. Et qu'on les suive jusqu'à leur mort. Vous voyez les problèmes logistiques... et éthiques. 
Ce qu'on sait, en revanche (je me répète) c'est que l'accès au soin (qui est proportionnel aux revenus de l'individu) favorise un meilleur état de santé. Or, conseiller à des gens socio-économiquement défavorisés d'aller consulter régulièrement alors qu'ils ne le peuvent pas (et n'auront peut-être même pas accès à l'énoncé de cette recommandation, faute de source d'information) n'est pas seulement insultant, c'est stupide. C'est aussi (puisque l'information ne les touche pas) une contribution à l'injustice : on incite alors des gens en bonne santé à consulter (pour rien?) encore plus au lieu d'aller porter les soins là où on en a besoin. 
Pour consulter un médecin une fois par an il faut (entre autres) pouvoir s'absenter de son travail, avoir un moyen de transport, connaître un médecin disponible, ne pas voir la consultation comme une dépense importante, accepter de perdre du temps dans la salle d'attente. Etc. Toutes choses que des femmes très démunies ne peuvent pas faire. Et ce sont (statistiquement) ces femmes-là qui meurent le plus et le plus jeunes. 
Personnellement, lorsque je travaillais au Centre de planification du Mans et voyais des femmes venir tous les ans pour un frottis, je leur disais que ce n'était pas nécessaire (beaucoup étaient soulagées) et je leur suggérais de le dire à leurs amies qui faisaient la même chose, et de dire à celles qui ne voulaient ou ne pouvaient pas venir tous les ans et s'en sentaient coupables (ou angoissées) de se détendre. J'ajoutais qu'il était plus utile de suggérer de consulter à des voisines moins fortunées qu'elles (elles en connaissaient toutes) qui n'avaient jamais eu de frottis, de leur assurer que venir au centre de planification ne leur coûterait pratiquement rien, et qu'on ferait de notre mieux pour les traiter avec le plus grand respect possible. En ajoutant que, si elles n'avaient pas de moyen de transport, elles pouvaient peut-être proposer de les véhiculer ce jour-là. Leur essence serait bien utilisée. Bref, il me semblait que suggérer aux femmes relativement privilégiées de tendre la main aux femmes qui l'étaient moins était un pas en direction de la justice sociale.  
Je rêve de lire un jour une recommandation du CNGOF ou du SYNGOF (les syndicats de gynécologues français) allant dans ce sens. Elle existe peut-être. 
***
Absent jusqu'ici de toute cette problématique est un élément central à la notion d'éthique médicale. C'est le consentement, garant de l'autonomie des patient•e•s. 
Le consentement est le pendant du D'abord ne pas nuire qui (en principe) guide les professionnel•le•s de santé. Car il est impossible de ne pas nuire rien qu'en se disant "Ceci est nuisible, ceci ne l'est pas." Il faut aussi poser la question aux premier•e•s intéressé•e•s. Si je ne demande pas "Est-ce que vous avez mal quand je vous fais ceci ou cela", je risque fort de faire mal. En toute bienveillance, du haut de mon paternalisme. 
Et quelles que soient les bonnes intentions (rappelons que le chemin de l'enfer en est pavé...) des professionnel•le•s, elles ne sont pas nécessairement convaincantes pour les personnes soignées. L'autonomie, ça consiste en particulier à sentir qu'on peut dire "Merci de m'avoir informé•e mais finalement, non, je ne veux pas", sans craindre d'être traité•e de tous les noms ou regardé•e de travers, ou de s'entendre dire "Bon, ben puisque c'est comme ça, c'est plus la peine de venir me consulter."
Aussi, quand un•e médecin (ou un•e journaliste) pense justifié de recommander à son auditoire de "consulter (ici, titre de spécialiste) une fois par an", 
- il devrait toujours préciser ce que l'on sait vraiment des effets de ce conseil (ou de son non-suivi)
- il ne devrait jamais pratiquer le terrorisme ("Si vous n'y allez pas, vous allez mourir.") car celui-ci est contraire à l'éthique ET contre-productif : quand on a peur on en fait toujours trop ou trop peu ; 
- il devrait toujours rappeler fermement que l'individu reste libre de ses choix, en matière de santé comme en matière de vote, de dépenses, de relations, de sexualité, de mode d'alimentation... 
Bref, qu'un conseil médical n'est jamais qu'un avis, et pas une parole d'évangile. 
Et on en revient à la question du début : 
"A qui doit-on conseiller d'aller voir un médecin une fois par an" ? 
Personnellement (mais ce n'est qu'un avis) j'aurais tendance à répondre : A personne. Le seul examen préventif utile à ce jour (pour les femmes) est le frottis tous les 3 ans à partir de 25 ans. Pas plus souvent. 
Pour les autres années et pour les hommes, le jour où vous jugez que vous avez besoin d'aller voir un médecin, allez-y. La "norme" de votre santé, c'est vous. Ce n'est pas ce que les médecins ou les magazines en disent. Vous êtes dans votre corps et votre vie, personne d'autre ne s'y trouve. Et personne n'a à décider à votre place. 
En attendant, si vous allez bien, vivez votre vie. C'est vous qui savez si elle est bonne ou non. 
Il y a beaucoup de choses à y faire, et elles sont bien plus intéressantes et importantes que de vous casser la tête à aller voir un médecin. 

Mais regardez autour de vous, et demandez aux personnes que vous connaissez et à celles que vous ne connaissez pas si elles vont bien. Et, si elles ne vont pas bien, pourquoi elles ne vont pas consulter un médecin. Vous apprendrez sûrement beaucoup en écoutant leur réponse. 
Marc Zaffran/Martin Winckler

PS : Armelle, à la question "A qui faut-il conseiller", suggère : "A un médecin ?"
Je ne suis pas loin de penser qu'elle a raison. Je pense même que la plupart (voire tous) les médecins devraient consulter un•e thérapeute. Et pas qu'une fois par an. Ca leur ferait beaucoup de bien - et par conséquent, aux patient•e•s.
Merci Armelle. 





4 commentaires:

  1. J'aime bien la conclusion. Il est difficile de s'occuper des autres si on ne va pas bien, donc ceux qui devraient consulter annuellement, ce sont bien les médecins !
    A part ça, cette écriture inclusive est une plaie et une gangrène mais je crois que c'est incurable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (HS à propos d'écriture, le bon caractère typographique pour le point médian n'est pas la grosse puce utilisée ici : "•", mais bien le vrai point médian : "⋅", beaucoup plus discret)

      Supprimer
  2. Je suis jeune médecine généraliste, j'avais vu passer ce "top" et avait trouvé ça complètement idiot... sans y prêter une analyse poussée comme la votre, que je trouve très pertinente. Merci de m'aider à aller plus loin dans la réflexion qu'une simple impression !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. Tous les commentaires constructifs seront publiés. Les commentaires franchement hostiles ou désagréables ne le seront pas.